RPPC St-Ouen : J’y serai!


Bonjour,

Je serai donc aux RPPC de St-Ouen aux côtés des marvelous Vanda Spengler, Peau d’Âme et Louise Dumont dans le cadre d’une expo collective qui.
Samen me suit ( Pas tout, une partie des images me suit néanmoins), et quatre nouvelles images seront visibles.
Venez nous voir! (escriptif ci-dessous)

- Rencontres Parisiennes de la Photographie Contemporaine -

W h o ?

Vanda Spengler & Peau d’âme &

Aurélie Raidron & Louise Dumont


W h en ?

Du 5 au 27 novembre 2016

Vernissage : le S A M E D I 5 N O V 2016 de 18 à 22h.


Exposition de 10h à 18h :

Du samedi 5 au lundi 7 novembre inclus

Du samedi 12 au lundi 14 novembre inclus

Du samedi 19 au lundi 21 novembre inclus

Du samedi 26 au dimanche 27 novembre inclus

Finissage : 27 novembre dans l’après-midi


W h e r e ?

Marché Dauphine - Saint Ouen

132 - 140 rue des rosiers

M 4. Porte de Clignancourt ou M 13. Garibaldi

Bus 85


Stand N 209

4 femmes, 4 photographes, 4 autoportraitistes,

4 regards sur le corps.


Vanda Spengler : http://vandaspengler.com/

D’un travail introspectif autour de l’intime, la solitude et la quête
d’identité, la pratique de la photographie de Vanda Spengler a évolué
ces dernières années vers l’étude du corps et le rapport à soi et aux
autres. Dans un univers fantasmé, souvent inquiétant, Vanda Spengler met
en scène les rapports de force, les pulsions, les peurs qui se
caractérisent, selon elle, par une déshumanisation croissante.


Particulièrement touchée par le travail d’Antoine d’Agata et du
peintre Jean Rustin, ses derniers travaux portent sur l’enchevêtrement
des corps, où les chairs amoncelées sont autant de formes désarticulées,
sans artifices.


Peau D’Âme : http://www.amezura.com/

Originaire de l’Amezura, contrée où les êtres sont émotions, le corps
est pensée et la peau, la membrane perméable de l’âme, Peau d’ âme rêve
un monde sans faux semblants, à l’image de ses autoportraits, doux,
apaisés et parfois plus écorchés à l’affront de la vie. Son intimité
dévoilée, ses espoirs arrachés et ses désillusions tirés à son être, son
corps parle le langage des sentiments intérieurs. Son rapport à
l’autre notamment dans ses portraits reste dans le même esprit, chaque
échange est une découverte et l’occasion de mettre les êtres à nu, leur
psychique, leur histoire, leur âme. Artiste accomplie, elle utilise tous
types de supports pour sa photographie (carrelage, voile, plexiglas…)
mettant ainsi en exergue sa vision.


Aurélie R.aidron : http://aurelie-r.com/

Le corps, matériau brut.

Travailler le charnier, la masse, destituer le corps de son visage.
Ainsi, ne plus sonder l’humain et lui prêter une vie, mais revenir à un
état-matière. Telle est la démarche d’Aurélie Raidron.


Obsédée par l’absurdité de la hiérarchisation du Beau, elle met en
scène le corps nu pour mieux légitimer son existence, par contestation.
Les lieux de vie et de passage humains entrent alors en résonance avec
les corps qu’elle pose et sculpte comme des objets vivants. Vidés, les
lieux perdent leur rôle. A peine deviennent-ils une parenthèse, un
support.

Les amas nus qu’ils accueillent s’érigent sans mouvement ni tumulte; il
ne s’agit plus alors d’érotiser la chair ni de la léguer à une vision
académique.


Photographe-plasticienne, Aurélie Raidron travaille également
l’autoportrait et photographie la putréfaction qu’elle cultive
amoureusement avec le même but : déconstruire les référentiels.


Louise Dumont / Vue sur Lac : http://louisedumont.tumblr.com/

« Se jeter. Dans l’infinité des possibles. Disparaître devant et
derrière mon propre œil. Tais-moi. S’évanouir, s’oxyder et puis
ré-apparaître métamorphosée dans les flous et les reliefs.

Je suis là, nue, pure, je danse, saute, deviens Autres.

Ma pratique de l’autoportrait, loin d’un égotisme ou d’un érotisme
programmé, se situe plutôt dans la recherche de l’expressivité totale et
se veut définir la chair comme matière poétique, avec une volonté de
déformer, sculpter mon propre corps… afin de me redécouvrir, encore et
en corps. Et ainsi de me l’approprier et l’aimer … peut-être ?


Admirative de l’œuvre de Berlinde de Bruyckere, Francis Bacon et
Antoine d’Agata pour ne citer qu’eux, le corps - mis à nu, est au cœur
de mon travail ; que ce soit le mien en tant que « modèle » et
autoportraitiste ou celui des autres.


Les Autres, ceux que je fais poser actuellement dans ce parking froid
et obscur /coquille, refuge, purgatoire ? / présentent une corporalité
différente à la mienne, avec des formes et couleurs propres ; très
charnue, ou bien limite squelettique, titanesque, flexible, meurtrie,
peau opaline ou mordorée… Mais en éliminant les éventuels tatouages de
ces corps sans visage, je me crée une espèce d’identité universelle, un
corps commun dans lequel –il me semble- chacun peut se projeter. » Un
corps aux milles histoires.


————————

Infos complètes : http://lesrppc.com/

Exposants :

Stephane Arnoux / Jean-Christophe Ballot / David Barthelemy / Emma
Barthere / Laurent Benaïm / Philipppe Blache /Jean-Philippe Bourgeno /
Véronique Bourgeois / Patrick Braoudé / Christophe Bufetrile / Philippe
Clément / Fabrice Dang / Jarl Alé de Basseville / Didier De Faÿs /
Grégoire de Gaulle / Denis Debadier / Eric et Anatol Desachy / Philippe
Deutsch / Alan Dister / Dom Garcia / Yoni Doukhan et Lucie Anthonioz /
Jean Luc Dubin / Frederic Fontenoy / Madeleine Froment / Sacha
Goldberger / Eric Keller / Lobbiaz Lbbz / Martial Lenoir / Manu
Madelaine / Laurent Marois / Ronald Martinez / Jean marc Millière /
Camille Moravia / Yan Morvan / Erik Näther / Stéphane Nigentz Gumuschian
/ Vadim Ouaki / Jean-Paul Pernot / Pilar du Breuil / Michel Portier /
Aurélie Prissette / Elizabeth Prouvost / Camille Noyon / Sue Rynski /
Eve Saint-Ramon / Arnaud Sabot / Nath Sakura / Jean-Claude Sanchez /
Paolo SC Campanella / Vincent Scali / Guilhem Senges / Franck Stromme /
Pierre Terrasson / Peter Zupnik





SAMEN // öOoOoOoOoOo



Vendredi 21 octobre 2016, mon groupe öOoOoOoOoOo et moi-même avons fêté la sortie de l’album SAMEN dont je signe l’artwork complet. Pour
l’occasion, j’en ai fait tirer les images. Celles-ci seront exposées à
Paris tout le mois de Novembre lors des RPPC dont je parlerai dans le
prochain billet. En attendant, les tirages sont à la vente (encadrés,
c’est beau, non?).
Ils mesurent 30x45 (50x60 avec leur cadre) et peuvent être tirés/encadrés à la demande.
Pour toute demande spécifique (tarifs, commande, etc.), n’hésitez pas à me contacter ici.

Drones

Mur et lamentations

Les consolants

Et ainsi vous m’attendiez

Trompe l’œil (N’y voir que du feu)

La punition

Les gris fréquentiels

Affront

Parler plus fort

La Fenêtre

Using Format